Quitter l’euro? Pourquoi pas… mais pas nécessairement…

stop_euroCet article s'inscrit en tant que réaction à l'article du 12 novembre, "La dissolution de l’Euro: une idée qui fait son chemin" par Jacques Sapir.

Je ne suis pas un afficionado de l’euro, tout le monde le sait. Quitter l’euro, pourquoi pas, mais pas nécessairement non plus. J’évoquerai ce sujet plus tard parce que le sujet qui m’inquiète plus c’est la dérive totalitaire de l’Europe. Je m’en suis déjà expliqué. Il faut aussi savoir que Jacques Sapir était l’un des signataires d’une lettre ouverte à François Hollande, celui qui conduit aujourd’hui la France dans le gouffre. Dans cette lettre, les auteurs soutiennent l’émission « d’un grand emprunt » (encore des dettes pour l’Europe et les Nations !!!) pour relancer la croissance (encore le mythe dirigiste !): « Ainsi, on pourrait penser à l’émission d’un grand emprunt de plusieurs centaines de milliards d’Euro – gagé sur l’argent mis en réserve dans leMES – pour relancer la croissance dans les pays qui sont aujourd’hui étranglés par une rigueur assassine (la Grèce, le Portugal et l’Espagne). De même, un programme de grands travauxd’infrastructures, destiné à financer la transition vers une économie respectueuse de l’environnement, réconciliée avec la diversité humaine et naturelle, avec la robustesse des territoires et la résilience des sociétés européennes, s’impose. Ces mesures pourraient faire en sorte que la zone Euro – dont la croissance a été particulièrement faible depuis dix ans – retrouve rapidement le chemin de la prospérité. À chaque fois il vous faudra construire ce rapport de force et construire une crédibilité qui impressionne nos partenaires et ne leur fasse pas douter de la résolution de la France à imposer cette politique. Cette crédibilité, vous ne pourrez la construire que sur la légitimité d’un vote populaire. »

Quelques remarques rapides : Le MES est le Mécanisme européen de stabilité, un dispositif (de plus) créé de toutes pièces par l’Europe. Ce traité instituant le MES crée une institution financière qui peut emprunter jusqu’à 700 milliards d’euros, la contribution des Etats dépend de leur importance, la Belgique ira de sa poche pour 24 milliards €. Sapir parle de relance, quelle relance, où en sont les acteurs, les entreprises du monde libre qui auraient retrouvé la rentabilité par miracle, il parle de grands travaux, donc d’interventionnisme de l’Etat…Conclusion, ce plan n’est pas bon, il ne travaille pas au cœur du problème, la liberté économique retrouvée (les artisans français entament justement une grande campagne pour défendre leurs libertés et leurs succès), il donne plus de pouvoir à un organisme européen au DETRIMENT des NATIONS qui lui sacrifient des ressources supplémentaires importantes. Bilan : plus de dettes, moins de libertés, plus d’Etat, plus d’Europe (paradoxalement, moins d’Euro n’est pas moins d’Europe, il faut lire entre les lignes !!!). Je suis pour la liberté, la personne humaine, pour les Etats Nations et contre les dogmes, toutes formes d’étatisme et un endettement inconsidéré de structures qui sucent le sang du Peuple !!!

C’est tout pour le moment

ATB (Axel de Thibault)

Leave a Reply

  

  

  

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>